Le plus grand malheur qui nous a touchés en tant que oummah vient du fait que nous ne méditons plus le Qur’an ou presque. Alors que c’est bien cette qualité qui faisait la force des trois premières générations de l’Islam, en particulier celle de notre bien aimé prophète( Alayhi salat wa salam). ALLAH Ta’ala dit : » Ne méditent – ils pas le Qur’an ou que leurs coeurs ont- ils été cadenassés? » (Sourate 47, verset 24).

Sayyidat ASMA BINT ABI BAKR fille du glorieux compagon du Messager D’Allah Abou Bakr était, à l’instar de son père, une femme très vertueuse. Elle avait une relation si particulière avec le noble Qur’an au point que lorsqu’elle le lisait, on avait l’impression qu’elle n’était plus de ce monde. L’un de ses petits petits-enfants raconte qu’un jour, elle faisait la prière lorsqu’elle entamait la lecture de la sourate 52 Attour. Arrivée au verset 27 << Et ALLAH nous fit grâce et nous protégea du châtiment de as-samum( une région de l’enfer)>>, elle se mit à le répéter de façon ininterrompue qu’il sortit pour le marché faire des courses. À son retour, que ne fût grande sa surprise de la trouver toujours en prière et répétant le même verset…. ALLAHU AKBAR… quelle intimité profonde !!!

Nous avons tellement besoin de nous ressourcer dans le Qur’an, de nous rééduquer à travers ses nobles enseignements. Mais cela doit passer obligatoirement par cette intimité profonde, une méditation qui engendre des résultats tels que l’amour d’Allah et sa révérence, l’amour démesuré pour sa parole et l’envie de passer plus de temps en sa compagnie.

Ya ALLAH !!! Fais de nous des gens qui lisent le Qur’an et qui s’élèvent par sa lecture !!!

Oustaz Djibril COULIBALY